Aller au contenu

Le tour du Queyras en 7 jours (GR58)

Temps de lecture — 16 minutes

Nous avons réalisé le tour du Queyras en 7 jours (GR58), une incroyable aventure dans les Hautes-Alpes ! On vous explique tout dans cet article : itinéraire, étapes et retour d’expérience.

Préparer et organiser son tour du Queyras en 7 jours (GR58)

Le Tour du Queyras est une randonnée de moyenne-haute montagne exceptionnelle sur plus de 110km. Les paysages extrêmement diversifiés invitent à l’introspection : forêts de mélèzes, alpages verdoyants, vallée la plus élevée des Hautes-Alpes et mythiques sommets. L’eau y coule en abondance et vous ne serez jamais loin d’une rivière ou d’un lac de haute montagne !

Le topoguide du Tour du Queyras (GR58)

Nous vous recommandons de toujours acheter le TopoGuide avant de vous lancer dans une randonnée :

Infos pratiques

De notre côté, nous avons réalisé le tour du Queyras en 7 jours, ce qui est assez sportif pour être honnête mais tout à fait faisable en étant en bonne condition physique.

  • Durée : 7 jours
  • Quand ? Du 20 au 27 Août
  • ? Parc naturel régional du Queyras
  • Distance : 110 km
  • Dénivelé positif : 10 000m
  • Difficulté : Le tour du Queyras est réputé pour être un GR de difficulté modéré. En effet, il n’est pas très technique et les chemins sont plutôt roulants, même si les dénivelés importants en font une randonnée exigeante. Faire le tour du Queyras en 7 jours comme nous est une belle expérience sportive sans être trop exigeante non plus, un bon compromis je trouve.
  • Budget : tout dépend de si vous faites du bivouac ou dormez en refuge (50€ la nuit en demi-pension), et de si vous mangez uniquement dans les refuges où si vous avez un réchaud et des lyophilisés. De notre côté, nous n’avons quasiment fait que du bivouac !
  • Dans quel sens faire le tour du Queyras ? Le GR58s se fait historiquement dans le sens anti-horaire (comme le TMB d’ailleurs), avec comme point de départ le village de Ceillac. C’est le sens que nous avons suivi mais il est bien sur possible de le faire dans l’autre sens.
  • Hébergements sur le GR58 : Le bivouac est autorisé sur le Tour du Queyras sauf autour du mont Viso. Il y a également de nombreux gîtes, camping et refuges sur le GR 58.

Notre guide complet sur le Tour du Queyras

Itinéraire et étapes de notre tour du Queyras en 7 jours (GR58)

Nous avons découpé notre tour du Queyras en 7 jours de randonnée, en essayant de choisir des spots de bivouac sympas tous les soirs. Certains jours sont plus difficiles que d’autres, même si l’ensemble est assez équilibré !

  • Jour 1 : De Ceillac à la Chapelle de Clausis
  • Jour 2 : De Chapelle de Clausis au lac Egorgéou
  • Jour 3 : Du lac Egorgéou à Abriès
  • Jour 4 : De Abriès au col de Péas
  • Jour 5 : Du col de Péas au Plan du Vallon
  • Jour 6 : De plan du Vallon à Bramousse
  • Jour 7 : De Bramousse à Ceillac

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 1 – De Ceillac à la Chapelle de Clausis

Nuit au camping municipal de Ceillac

On vous recommande d’arriver la veille au soir et dormir directement sur Ceillac pour démarrer votre randonnée tôt le lendemain matin. Ceillac est un joli village avec une boulangerie, un office de tourisme, quelques restaurants et un camping municipal très bon marché. La nuit au camping municipal de Ceillac nous a couté 11,20€ pour 2 personnes avec une voiture (il faut ajouter 1€ pour une douche). La vue est très chouette et les emplacements de tente sont libres. De nombreux autres randonneurs font comme nous pour démarrer le tour du Queyras frais et dispo le lendemain matin !

Nous nous réveillons tôt, avec l’excitation du départ de cette grande randonnée ! Tous les autres randonneurs sont aussi sur les starting-blocks, en train de déjeuner ou de ranger leurs affaires dans leur sac à dos. Nous plions tout assez rapidement, garons la voiture sur le parking longue durée dédiée au tour du Queyras et filons à la boulangerie du village pour petit déjeuner.

Parking longue durée gratuit à Ceillac

Il est possible de se garer sur le parking longue durée gratuit un peu avant le camping municipal dans le village de Ceillac. Nous y avons laissé la voiture pendant toute la durée de notre tour du Queyras en 7 jours (GR58).

Montée au col des Estronques (2651m)

Une fois le ventre plein, c’est parti pour ce Tour du Queyras en 7 jours ! Une longue montée dès le démarrage jusqu’au col des Estronques (2651m d’altitude tout de même !) nous attend. Le décor est posé : démarrage en sous bois au départ avant de rapidement dépasser la lisière de la forêt en prenant de l’altitude. Nous arrivons dans les alpages, les points de vue s’ouvrent. Le chemin est bien entretenu, roulant et très très bien balisé.

La deuxième partie de la montée est coriace, avec des pourcentages qui augmentent (des pentes à 20-35%, 700m de D+ sur 3,5km). Nous sommes agréablement surpris par le décor déjà grandiose et cette plongée dans la nature sauvage dès le premier jour de randonnée. Le col des Estronques est le point de passage entre la vallée de Ceillac et la vallée de l’Aigue Blanche, culminant à 2 651 m d’altitude.

Saint-Véran : plus haut village d’Europe

Une fois le col passé, nous continuons sur le GR58 par une descente assez caillouteuse avec une jolie vue sur le petit village de Saint-Véran en contrebas de la vallée. Nous continuons à descendre jusqu’aux alpages du fond de vallée. Il y a une fontaine d’eau potable et une table de pique-nique pour ceux qui veulent faire une pause ou remplir leurs gourdes. Une dernière difficulté nous attend avec une montée très raide pour Saint-Véran (100m de D+ sur 400m de distance).

Une fois arrivés, à Saint-véran, profitez-en pour faire des courses : épicerie (ouverte le dimanche), restaurants, bureau de tabac et office de tourisme (tous 2 fermés entre midi et deux). Ce village est un endroit parfait pour s’arrêter manger et couper la journée en deux. Saint-Véran possède de nombreux commerces d’artisanat local, si vous voulez acheter un souvenir alors c’est le lieu idéal ! Nous y faisons une pause repas. Il y a également plusieurs fontaines dans Saint-Véran pour remplir les gourdes avant de repartir pour la seconde partie de la journée. Un incontournable sur notre Tour du Queyras en 7 jours.

Le saviez-vous ? Le petit village de montagne de Saint-Véran est le plus haut village d’Europe ! Il culmine à 2 042 mètres d’altitude et a été classé parmi les plus beaux villages de France.

Bivouac à la chapelle de Clausis sur le Tour du Queyras

Nous repartons bien repus de Saint-Véran avec une descente très roulante dans la vallée (attention à ne pas se tromper de chemin au niveau du panneau parc Queyras après Village, le chemin descend à droite). Passez la petite rivière et la longer en remontant doucement avant de repartir pour les derniers kilomètres assez faciles de la journée (400m de D+ sur 5km). Il y a de nombreux spots de bivouac tout le long de la rivière une fois la forêt passée, jusqu’à la chapelle de Clausis où il est possible de bivouaquer également.

Ne pas hésiter à tremper ses pieds dans l’eau glacée de la rivière. Nous dénichons un bivouac génial en contrebas de la chapelle, très plat, proche de la rivière et offrant une vue imprenable. Nous en profitons pour laver nos vêtements, tremper un moment nos pieds fatigués dans l’eau très fraiche de la rivière et nous reposer. De très nombreuses marmottes habitent les lieux, ouvrez l’oeil et n’hésitez pas à vous balader au coucher de soleil pour les observer ! Pour finir cette belle journée de randonnée, un petit plat lyophilisé et au dodo.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 2 – De Chapelle de Clausis au lac Egorgéou

Montée au col de Chamoussière (2 884 m)

Nous nous levons très tôt pour démarrer le journée avec la fraicheur du matin. On démarre par une montée raide en direction de la chapelle de Clausis (le GR n’y passe pas directement, nous la verrons seulement de loin). Pour accomplir notre tour du Queyras en 7 jours, il va falloir avoir un sacré rythme vu le dénivelé tous les jours !

La chapelle de Clausis (2 400 m d’altitude) a été construite en 1846 et rénovée en 1988, n’hésitez pas à y faire un détour si vous avez le temps. Le point de vue y est très chouette.

On croise quelques tentes sur des spots de bivouacs magnifiques le long du GR. Il y a une fontaine un peu après la chapelle au niveau de l’embranchement après un petit pont en bois. On en profite pour remplir nos gourdes avant la longue montée qui nous attend.

Ensuite, nous suivons une longue montée en lacets dans les alpages pour atteindre le très joli col de Chamoussière (c’est le plus haut passage du GR58). On aperçoit au loin un énorme cheptel de moutons lors de la montée. Nous avalons tout de même 600m de D+ sur 4km !

Le pic de Caramantran (3021m)

Au niveau du col de Chamoussière, il est possible de faire un aller-retour au pic de Caramantran (3021m), situé à la frontière italienne. C’est le sommet de plus de 3000m le plus facile d’accès sur leGR58. En effet, il ne reste « que » 141 m de D+ pour atteindre le col et il est possible de laisser son sac à dos en bas juste pour faire l’aller-retour plus rapidement. De nombreux randonneurs choisissent cette option mais de notre côté nous préférons continuer notre route car nous en sommes au début de notre Tour du Queyras en 7 jours et on préfère garder notre énergie.

Descente vers le refuge Agnel

Nous attaquons ensuite une descente assez raide avec de la caillasse qui casse bien les jambes après le col précédent. Le décor est lunaire et la vue vertigineuse. Nous atteignons rapidement le refuge Agnel, en environ 1h de descente. Le refuge Agnel est un très beau refuge situé à 2 580 m d’altitude. Nous y mangeons un bon repas chaud en profitant de la jolie vue (attention, ils ne prennent pas la CB). En plus, le personnel est sympa et on y rencontre d’autres randonneurs avec qui nous partageons une table. C’est donc un endroit parfait pour bonne une pause de midi à mi-parcours du 2e jour.

Lac Foréant

Après ce bon moment, nous repartons pour une belle montée de 250m de D+ de la journée jusqu’au Col Vieux. Le Col Vieux est un superbe col situé à 2 806 m d’altitude. Nous avons un panorama à 360° sur les Alpes, les sommets du Pain de Sucre, de la Taillante, le Pic de Foréant et le col Agnel. Le col Vieux est très venteux avec sa végétation rase et son exposition. Nous ne nous y attardons donc pas longtemps ! De plus, l’endroit est vraiment plus fréquenté que le reste du GR.

On se régale avec la magnifique vue sur le lac de Forant en contrebas et les montagnes tout autour. La descente est longue jusqu’au lac Foréant, mais offre des points de vue incroyables sur la vallée. Nous arrivons finalement au lac, que nous longeons. La faune et la flore y sont protégés mais il est possible de s’y baigner dans certaines zones démarquées. Située à 2 618 m d’altitude, le lac de Foréant est le lac le plus élevé en altitude du Tour du Queyras. Il peut être encore partiellement gelé ou enneigé jusqu’à fin juin !

blank
Notre tour du Queyras en 7 jours de randonnée (GR58)

Bivouac au lac Egorgéou sur notre tour du Queyras en 7 jours

On continue de descendre (passage bien raide) jusqu’à apercevoir le second lac de la journée en contrebas : le lac Egorgéou (2400m), où nous avons prévu de poser notre bivouac. Le lac reflète les nuages et les montagnes aux alentours, incroyable. Une fois arrivés, on se lance un petit défi : aller se baigner dans ce lac d’altitude glacial ! C’est une première pour nous deux et, pour être honnête c’est plus un aller-retour rapide qu’une longue baignade 😀

Une fois séchés et tout contents de ce défi, on se cherche un petit bivouac sur les hauteurs autour du lac. On vous conseille de bifurquer à droite au panneau à la fin du lac, de traverser le petit passage à gué et de monter un petit peu pour vous installer en hauteur. Il y a de nombreux emplacements de bivouac sur les hauteurs et autour du lac (mais plus humide et donc froid aux abords du lac), au pied de la Taillante. Un des plus jolis bivouacs sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

On vous recommande d’aller voir les deux autres petits lacs tout proches et intimistes (dont le lac Baricle), en haut du lac Egorgéou (environ 300m à marcher pour l’atteindre). Il suffit de continuer à monter en suivant le chemin tracé pour atteindre ce magnifique lieu caché. Il est possible d’installer un bivouac pour 2 ou 3 tentes aux alentours du lac Baricle. Il y a déjà deux tentes installées quand nous découvrons cette pépite.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 3 – Du lac Egorgéou à Abriès

Du lac Egorgéou au refuge de la Monta

Nous passons une nuit fraîche aux abords du lac Egorgéou et repartons le matin à l’aube pour notre troisième grosse journée. L’itinéraire débute par une longue descente dans la vallée. Pour ceux qui veulent, il y a plusieurs possibilités de bivouac à différents niveaux le long de la descente pour l’Echalp. La vue est incroyable et le dénivelé négatif agréable, avec des sentiers roulants dans les hauteurs (parfois un peu raides), puis en sous bois pour finir dans les alpages. Nous descendons l’air de rien 800m de D- en 6 km.

Si besoin, il y a une fontaine d’eau potable à l’Echalp (et un gîte d’étape). L’Echalp est un petit village de montagne très pittoresque situé à 1 730 mètres d’altitude, au bord de la rivière du Guil. Nous continuons jusqu’au refuge de la Monta où nous prenons un café sur l’agréable terrasse et remplissons nos gourdes. On y fait la connaissance de Thibaud et Camille, deux sympathiques randonneurs qui font le tour du Queyras en 7 jours également, au même rythme que nous.

Attention : il n’y a pas d’eau jusqu’à Abriès après le refuge de la Monta. On vous recommande vivement de remplir vos gourdes à l’Echalp ou à la Monta.

Du refuge de la Monta à la colette de Gilly

Nous laissons nos compagnons au refuge de la Monta et démarrons une (très) longue ascension abrupte entre forêts et alpages. Les pentes sont très raides (on avoisine régulièrement les 30%, rien que ça !) et le soleil du matin est déjà très fort.

On vous conseille de vous retourner régulièrement pour admirer la vue sur la vallée que vous aurez descendu juste avant. Heureusement pour nos jambes fatiguées, il y a une petite zone de plat sur le plateau avant la dernière partie de la montée jusqu’aux crêtes… qui est bien raide également (rires). Décidément, faire le Tour du Queyras en 7 jours ça se mérite !

Ensuite longue partie sur les lignes de crêtes avec point de vue à 360° sur la réserve du mont Viso en Italie et la vallée du Guil en France. Vous suivez la frontière sur cette ligne de crête. À 2 366 m d’altitude, la Collette de Gilly offre un superbe panorama sur tous les sommets environnants : la Taillante, le Pelvas, le Bouchet et le col d’Urine, à la frontière avec l’Italie. Vraiment magnifique !

Nous nous arrêtons manger en contrebas des crêtes, bien fatigués par cette matinée éprouvante : saucisson, comté et cacahuètes pour se remettre d’aplomb. Après cette section très aérienne, nous continuons notre descente vers Abriès. Attention, l’itinéraire principal du GR prête à confusion à l’embranchement : il faut prendre à droite en soulevant la clôture à bêtes et non pas redescendre tout droit (comme nous et de nombreux randonneurs avons fait 😀 ). En effet, l’itinéraire officiel contourne la montagne en basculant sur l’autre versant. De notre côté, nous avons suivi une variante et sommes redescendus du même côté en dessous des télésièges.

Abriès est un charmant petit village, perché à 1 550 m d’altitude. Il se situe à la confluence des torrents du Guil et du Bouchet. Il y a de quoi se restaurer, faire des courses, et deux gîtes d’étape où passer la nuit, ainsi qu’un camping. De plus, la ville possède un office de tourisme/poste, et un distributeur de banque pour retirer de l’argent car souvent les refuges n’acceptent pas la carte bancaire.

Nous passons la nuit au camping Caravaneige (20€ / 2 personnes) qui est parfait pour les randonneurs : des sanitaires incroyables (surtout la taille des douches… waouh), de quoi faire sécher et laver son linge, et des emplacements libres pour les tentes. On vous recommande également de manger leurs pizzas incroyables (c’est une tradition transmise de génération en génération). Une belle soirée bien reposante sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 4 – De Abriès au col de Péas

Les lacs du Malrif : lac du Grand Laus, lac Mézan et lac du Petit laus

Nous prenons un départ matinal avec un nouveau compagnon de route : Riccardo (un randonneur italien rencontré au camping). Depuis Abriès la montée démarre franchement sans préavis ! En même temps, le nom de la montée nous avait mis la puce à l’oreille : « le calvaire » (rires). Le chemin grimpe sec et passe par une belle chapelle, de jolies maisons restaurées, avant de déboucher sur un grand alpage. Ensuite, la route serpente et monte franchement sec jusqu’au lac du grand Laus (1000m de D+), l’un des trois lacs Malrifs. Clairement un des plus beaux passages sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

Il est possible de faire l’aller-retour au lac Mézan puis au lac du Petit Laus, qui surplombent le lac du Grand Laus. Ils offrent un superbe point de vue avec les trois lacs alignés. On vous conseille de laisser votre sac de randonnée au Grand Laus et de faire l’aller-retour en étant léger car il y a tout de même 220m de D+ pour y grimper.

Le Grand Laus est un superbe lac à 2 579 m d’altitude. C’est le plus grand des trois lacs du Malrif (Lac du Grand Laus, lac du Petit Laus et lac Mézan). Avec le Mont Viso en toile de fond, c’est un spot vraiment grandiose. De nombreux randonneurs s’arrêtent pour leur pique-nique du midi ici, et ils ont bien raison !

Montée au col du petit Malrif

Le Col du petit Malrif est un superbe col, culminant à 2 830 m d’altitude. Mais il se mérite ! En effet, une impressionnante montée à 30% sur 1 km nous attend après le lac du Grand Laus. Une fois la difficulté passée, le col du petit Malrif offre une vue plongeante sur la vallée et le lac. On croise un Patou qui dévale littéralement la pente à 30% à toute vitesse en direction du troupeau de montons en contrebas. Impressionnant d’agilité.

blank
Notre tour du Queyras en 7 jours de randonnée (GR58)

Les Fonts de Cervières

Descente tout aussi affreuse sur 300m de dénivelé négatif. Ensuite descente très longue mais moins difficile le long de la rivière jusqu’à Font de Cervière. On prend notre pause pique-nique le long de la rivière un peu avant Font de Cervière et on en profite pour rafraichir nos pieds fatigués dans l’eau fraiche.

Si vous en avez l’occasion, on vous recommande chaudement de goûter aux tourtons, une spécialité locale des hautes Alpes. Ce sont des genres de ravioli fourrés (viande, fromage, épinards…etc) et frits : un vrai délice !

La dernière partie de la descente est relativement facile, à moitié les pieds dans un ruisseau jusqu’à l’arrivée à Font de Cervière. C’est un très joli petit hameau, au pied du Pic Lombard qui a longtemps été un village d’alpage. On y voit beaucoup d’anciens chalets d’alpage typiques des hautes Alpes. Plusieurs fontaines se trouvent dans le hameau pour remplir les gourdes avant la dernière montée de la journée. Possibilité de se restaurer ou de prendre un café au Refuge des Fonts de Cervières. De notre côté, nous voulons faire ce Tour du Queyras en 7 jours et devons continuer encore un peu, une dernière grosse montée nous attend.

Longue montée au col de Péas

La dernière difficulté – et pas des moindres – est la traversée d’un alpage puis une montée très difficile jusqu’au plateau de ravin des Chalmette (sans S à la fin, j’ai vérifié deux fois !). Il y a de nombreuses vaches qui pâturent au ravin des Chalmette, le bivouac y est donc sûrement délicat.

Depuis le ravin des Chalmette, il est possible de prendre la variante pour le lac des Cordes.

Finalement, une terrible montée dans du pierrier avec des pourcentage qui avoisinent les 25% nous attend jusqu’au col de Péas. Les jambes tirent après cette longue journée de marche mais heureusement les paysages sont incroyables. Une fois arrivés au col de Péas, le décor est lunaire. Honnêtement, le Col de Péas est vraiment un des plus jolis passages du GR58, à 2 629 m d’altitude tout de même. Ce tour du Queyras en 7 jours nous réserve de belles surprises !

Bivouac au col de Péas sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Nous continuons un moment après le col de Péas et installons notre bivouac un peu en contrebas avec une magnifique vue sur l’autre versant de la vallée très montagneux. Il y a de nombreuses possibilités de bivouac des deux côtés du col, mais il peut faire froid la nuit car l’altitude est élevée ! On vous conseille de redescendre un petit peu en altitude si vous êtes limite niveau température du sac de couchage.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 5 – Du col de Péas au Plan du Vallon

Du col de Péas au village de Souliers

Après un bon petit déjeuner, nous démarrons notre 5e jour de randonnée, toujours en compagnie de Riccardo. Une belle et longue descente nous mène au charmant village de Souliers. Souliers compte aujourd’hui une vingtaine de résidents à l’année. Nous nous arrêtons prendre un café au Gîte de Souliers-le grand Rochebrune. Honnêtement, on vous conseille de vous arrêter manger le midi comme ça a l’air délicieux et tout est local. En plus la terrasse est superbe, avec un panorama sur la Font Sancte et l’aiguille de Chambeyron ! Il y a également une fontaine à Souliers pour remplir les gourdes.

Col de Tronchet

Nous enchainons ensuite par une courte montée jusqu’au col de Tronchet. Ce col est un très joli passage à 2 347 m d’altitude. Il offre un point de vue magnifique sur la vallée de l’Ubaye. On se trouve alors juste en-dessous du pic de Rochebrune, le second plus haut sommet du Queyras (3 320 m).

Picnic à Brunissard sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Une fois le col Tronchet passé, on enchaine par une belle descente jusqu’à Brunissard pour manger notre pique-nique. Brunissard est le dernier hameau de la commune d’Arvieux. C’est un joli petit hameau perché à 1 760 m d’altitude. On y trouve plusieurs restaurants et gîtes d’étape. C’est donc l’endroit parfait pour une petite pause dans un cadre très pittoresque avec eau potable et tables de pique-nique. On en profite également pour faire sécher nos tentes 😀

Brunissard est à la jonction entre le GR5 et le GR58. Il y a une navette pour Guillestre depuis Brunissard pour terminer le GR plus rapidement si besoin.

Se ravitailler à Arvieux sur le GR58

Il est possible de faire un détour par Arvieux après Brunissard pour se ravitailler en suivant l’itinéraire du GR5 ou en tournant à gauche au niveau des panneaux au torrent de Combe Bonne (40min l’aller contrairement au 20min annoncé par le topoguide). Il y a une excellente pâtisserie, un supermarché proxy avec plein de choix et une fontaine à Arvieux.

Bivouac au plan du vallon sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Après une bonne pause, on repart pour la deuxième partie de la journée. Une belle montée nous emmène sur les hauteurs de Arvieux et nous offre des points de vue sur la vallée d’Arvieux en contrebas. Hélas, la redescente est vraiment difficile et même un peu dangereuse dans certains pierriers jusqu’au torrent de Combe Bonne. On enchaîne ensuite avec une montée en sous bois avant une descente ultra raide dans les pierriers jusqu’au torrent du Champ la Maison. C’est à ce niveau que ceux qui ont fait le détour par Arvieux rejoignent à nouveau le GR58.

Puis dernière montée en forêt assez jolie le long du torrent jusqu’à plan du vallon. Nous avons trouvé cette journée moins bien balisée que les autres parties, on vous recommande de vérifier régulièrement la trace GPX du tracé sur votre smartphone.

La cabane est toujours fermée, il n’est pas possible de s’y abriter en cas d’orage. Il n’y a pas de fontaines non plus, mais 2-3 tables de pique-nique.

Nous installons notre bivouac juste en contrebas du Plan du Vallon sur un emplacement parfait (bien mieux que certains camping !) avec un accès au torrent, des bancs pour manger et un terrain parfaitement plat. Seules les fourmis rouges pimentent un peu la fête (rires). Une petite toilette fraîche dans la rivière, une soupe, un aligot lyophilisé et on va se coucher le sourire aux lèvres après cette soirée parfaite. Un spot de bivouac 4 étoiles sur ce Tour du Queyras en 7 jours !

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 6 – De plan du Vallon à Bramousse

Du plan du Vallon au refuge de Furfande

La météo du jour n’est pas franchement engageante. En effet, de gros orages sont annoncés dès le début d’après-midi et devraient continuer jusqu’en soirée. Tous les différents sites web de météos sont unanimes pour une fois : ça va être le déluge (rires). Or, aucun de nous trois n’a envie d’expérimenter les orages en montagne ! On décide donc de réserver un gîte pour la nuit et d’y arriver le plus tôt possible en fin de matinée, pour éviter les orages si possible. Nous prenons donc un départ très matinal du Plan du Vallon.

La montée est difficile jusqu’au col de Furfande, avec de beaux pourcentages et de la caillasse (430m de D+ sur 2,70km). Heureusement, la vue est tout simplement magnifique au col ! Nous descendons ensuite au refuge de Furfande en contrebas à un bon rythme. Le refuge de Furfande est un très chouette refuge dans l’alpage d’altitude de Furfande, entièrement rénové en 2014. Il est possible d’y prendre un café, manger et remplir ses gourdes. Du refuge, on a un superbe panorama sur les montagnes alentours. Hélas, nous ne trainons pas, la météo devenant vraiment menaçante.

Longue descente dans la vallée

Nous enchainons donc par une descente raide en lacets jusqu’au village des Escoyères. Les points de vue de la descente sont magnifiques, mais nous avançons rapidement, le ciel orageux nous donnant des ailes.

Le village des Escoyères

Le village des Escoyères est le plus ancien village du Queyras. Il est divisé en quatre hameaux : les Esponces, le Serre, les Escoyères et le Châtelard. Les Escoyères était situé au carrefour de voies romaines. Le village est centré autour d’une belle fontaine en pierre, on vous recommande de vous y arrêter un moment (s’il fait beau haha).

Nuit en gîte-étape à Bramousse

Petit à petit la météo se découvre, on en vient presque à se demander si finalement la pluie ne va pas passer son chemin. On a même franchement chaud avec nos imperméables que l’on quitte rapidement. Surtout que le sentier descend à pic jusqu’au fond de la vallée puis remonte de façon toute aussi abrupte sur Bramousse. Ce passage est très difficile, avec un pourcentage moyen avoisinant les 20%.

Nous arrivons finalement au gîte d’étape « Le riou vert » en fin de matinée, bien fourbus pour être honnête. La nuitée sans demi-pension coûte 25€/personne en dortoir de 7 personnes. Les sanitaires sont propres, la literie confortable, et en plus ils font de bonnes frites et ont de la bière. Camille et thibaud que l’on a rencontré il y a 3 jours arrivent également et ont aussi pris une chambre privée dans le gîte pour la nuit (30€/personne). La météo est toujours au beau fixe mais nous espérons tous que les orages vont arriver maintenant que nous sommes bien au chaud et en sécurité (rires).

Imaginez donc notre joie quand en début d’après-midi de gros orages remplissent rapidement le ciel et qu’un déluge s’abat sur le refuge. Nous passons l’après-midi à faire la sieste, discuter, rire (beaucoup) et jouer au cluedo pendant que l’orage gronde et que la pluie tombe drue dehors.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 7 – De Bramousse à Ceillac

Dernière ligne droite sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Nous y voilà : la dernière journée de notre tour du Queyras en 7 jours. Nos sentiments sont mêlés : excitation d’arriver et d’y être parvenus mais aussi tristesse de finir et de devoir quitter ce Queyras que l’on a tant aimé. Promis, nous reviendrons !

On attaque notre dernière ascension, pour le col de Bramousse. La montée est longue mais tout à fait faisable. Nous avalons facilement les 400m de dénivelé jusqu’aux chalets de Bramousse. Il y a une fontaine et il est possible d’installer son bivouac aux chalets de Bramousse. Ensuite, la dernière montée en forêt pour rejoindre le col de Bramousse (2200m). C’est un très joli col à 2 251 m d’altitude. Une fois en haut, nous sommes récompensés par un point de vue incroyable sur la vallée du Guil et la vallée du Cristilla.

blank

Clap de fin pour ce Tour du Queyras en 7 jours

Finalement, une descente facile mais qui devient raide en sous-bois nous ramène au charmant village de Ceillac. La boucle est bouclée, nous sommes vraiment sous le charme de ce Queyras, sauvage et fascinant. Il est temps pour nous de rentrer sur Lyon, notre esprit déjà occupé à rêver de nos prochains GRs !

Merci le Queyras, merci les copains.

Le tour du Queyras (GR58) en 6 jours ?

Il est franchement faisable de faire le GR58 en 6 jours si vous êtes en très bonne forme, en faisant nos deux derniers jours en un seul avec une bonne pause à Bramousse. Nous aurions probablement fait cela si les orages ne nous avaient pas coincés au refuge. Et les orages en randonnée, on s’en méfie ! Ce qui fait quand même une très grosse sixième journée.

Il est également possible d’allonger notre 2e étape et de ré-arranger les autres étapes. On a essayé de vous indiquer dans cet article tous les lieux de bivouac possibles, pour que vous puissiez vous organiser comme vous voulez et organiser votre propre tour du Queyras !

Notre avis sur le GR58 en 7 jours

Pour conclure, on vous recommande chaudement de réaliser ce tour du Queyras en 7 jours, ce qui est sportif mais pour de bons randonneurs ça se fait bien et on a quand même bien le temps de profiter des superbes bivouacs et paysages !

  • Pierre Ferrolliet

    Fondateur de Toporando, je suis un amoureux de grands espaces et de la nature que j'explore chaque fois que j'en ai l'occasion !

16 commentaires sur “Le tour du Queyras en 7 jours (GR58)”

  1. blank

    Bonjour,
    Je suis en train de préparer le tour du queyras en rando pour cet été et je tiens à vous remercier pour votre article et ses précisions!
    La description de chaque étape avec les anecdotes rendent la lecture vivante et on s’y voit déjà sur les chemins !

    Bonne continuation !

  2. blank

    Sympas, les mecs ! Ça donne grave envie. Je suis partis dans les Dolomites* l’été passé et j’avais hésité à partir marché dans le Queyras.

    Par contre vos deux (trois) étapes de ~20kil sont un peu chaudes, non ? Il y a pas mal de dénivelé, j’ai l’impression. Je compte avec quelqu’un non initié à la rando — vous pensez que c’est faisable ?

    Merci du partage en tout cas !

    Tarek

    *Mon tour des Dolomites si jamais : https://www.komoot.fr/tour/854346197?ref=aso

    1. blank

      Bonjour Tarek,
      Merci pour le gentil message ! Effectivement, ça donne envie de retourner faire ce tour du Queyras haha
      Oui, certaines étapes sont difficiles, avec quelqu’un qui a moins l’habitude de randonner je te conseille d’en faire de plus courtes.

      Bonne journée,
      Pierre

  3. blank

    Merci bien pour votre retour d’expérience! Une super aide nous permettant d’appréhender ce tour du Queyras! Les détails et vos ressentis sont précieux!
    Merci bien!

  4. blank

    Merci pour votre partage
    . Nous partons avec mon épouse aux alentours du 19 Juin mais sur 9 étapes, voir plus si nécessaire. L’avantage des retraités.

  5. blank

    Bonjour
    Su le tour du queyras y a il des passage vertigineux, avec des passages aériens en bord de falaise immédiate ?
    J’hésite entre le tour du beaufortain et le queyras

  6. blank

    J’ai été fascinée par le descriptif de votre rando et des lieux de bivouacs. Vos photos font rêver. Je compte le faire en 8 jours et on annonce des orages tous les jours. Je lis qu’il y a deux lieux de ravitaillement (Saint Véran et Abriès). Il y en a-t-il d’autre?
    Merci pour le partage 🙂

    1. blank

      Merci Angélique pour le gentil message !
      Il y a quelques autres endroits où se ravitailler et surtout pas mal de refuges où manger et dormir en cas de mauvais temps ! Bon tour du Queyras à vous ☺️

  7. blank

    Je viens à peine de finir le GR738 ce Samedi 12 Aout 2023 que j’étais déjà en recherche de mon trek de l’été 2024, je pense que vous m’avez convaincu pour choisir ce GR 58.

    Magnifiquement détaillé, merci pour votre grande publication sur ce GR.

    Peut être à une prochaine dans les montagnes.

    P.S. si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille le GR54 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *