Aller au contenu

2 jours de randonnée en hiver au refuge de la Vogealle

Temps de lecture — 3 minutes

Plutôt habitué aux bivouacs estivaux, j’avoue que l’idée m’effrayait un peu, je n’aime pas du tout avoir froid toute la nuit. C’est finalement avec l’envie de passer un peu de temps dehors et profiter de deux jours d’éclaircies qu’on se motive. Direction Sixt-Fer-à-Cheval et son cirque pour la randonnée du bout du monde et une nuit au refuge de la Vogealle en plein hiver !

La réserve de Sixt-Fer-à-Cheval

La Réserve Naturelle de Sixt-Fer-à-Cheval, située en Haute-Savoie dans les Alpes françaises, est un trésor naturel d’une beauté saisissante. Elle est célèbre pour ses impressionnantes formations rocheuses calcaires, ses vastes cirques et ses cascades spectaculaires. Son paysage alpin, ses sentiers pittoresques et ses panoramas à couper le souffle en font une destination incontournable et sauvage.

Itinéraire de notre randonnée en hiver et nuit au refuge de la Vogealle

Infos pratiques

  • Saison : De Mai à Octobre
  • Départ : Venosc
  • Durée : 2 jours
  • Distance : 20 km aller-retour
  • Dénivelé : 1100m D+
  • Difficulté : Moyenne

Jour 1 – Randonnée en hiver et nuit au refuge de la Vogealle

Départ du parking le plus proche, un groupe de 12 joyeux lurons avec des sacs à dos beaucoup trop chargés histoire de bien manger, bien boire et se tenir chaud !

La météo des dernières semaines ayant été très pluvieuse et fraîche, on se devait de prévoir un équipement suffisamment chaud pour passer la nuit. L’objectif était d’aller voir le lac et de se faire une nuit en refuge pour parachever l’été qui venait de s’écouler et sauter à pieds joints vers l’hiver qui arrivait tranquillement.

La montée au refuge de la Vogealle, si l’on n’emprunte pas l’itinéraire passant par le pas du Boret, ne présente pas de difficultés techniques, mais le parcours est assez exigeant, à savoir passage de cours d’eau en allant de pierre en pierre et dénivelé conséquent (entre 1200 et 1300m de D+).

Attention, le passage par le pas du boret est plus court, mais plus aérien, à déconseiller pour les moins à l’aise et les gens chargés, à éviter en cas de temps humides.

La randonnée est magnifique, on démarre très tranquillement par de grands sentiers, assez peu fréquentés à cette période (par rapport à l’été). On s’enfonce dans le cirque de sixt-fer-à-cheval et on comprends pourquoi tout le monde dit que c’est magnifique. Spoiler alert, ça l’est.

C’est après le premier « raidard » qu’on se retrouve plus isolés, le passage proche de la roche, arrosée de quelques gouttes qui perlent le long de la paroi est magnifique, mais peut aussi être glissant et demande de se concentrer un minimum.

blank

On entre par la suite dans une forêt et on entame une série de montées descentes qui caresse les mollets et les yeux. Arrivé au chalet du boret, prendre à droite toute et monter dans le pentu pour éviter le pas du boret. À partir de là ça grimpe, fort, et jusqu’en haut. Même les plus téméraires d’entre nous regrettent un peu les caquelons, bouteilles de vin et autres réjouissances qui pèsent dans le sac à dos.

L’effort est vite contrebalancé par la beauté de l’endroit, et ce dès la sortie de la forêt juste avant le chalet du Boret. Arrivé là on en prend plein les yeux, la délimitation entre les couleurs de l’automne et le trait blanc de l’hiver qui approche est un véritable régal.

Arrivée en haut on accède à un plateau qui nous offre notre destination, le refuge d’hiver de Vogealle qui – à l’inverse de son voisin estival – n’est pas gardé et offre une vingtaine de couchages, une table et deux bancs (également à dispos : matelas/ poële/ casserole/ balai). Une fontaine (potable) est également accessible devant le refuge d’été.

blank

Il est temps pour nous de nous délester de nos boulets, à savoir nos sacs, pour aller profiter du lac de Vogealle à la lueur de nos frontales, le décor est somptueux, le groupe s’étire et ça se résume à quelques points de lumières dans la neige. On profite rapidement de la vue du lac de Vogealle puis il est temps pour nous d’aller attaquer la fondue et profiter de ce magnifique refuge de la Vogealle pour passer la nuit.

Le levée de lune est sublime, les frontales deviennent futiles, l’endroit est magnifique. On profite pleinement de ces moments que nous offrent ces endroits.

Jour 2 – Randonnée en hiver et nuit au refuge de la Vogealle

La nuit fut courte, assez confortable et étonnamment pas si froide. Les feux sont interdits, il n’y a pas de bois à proximité ni de cheminée dans le refuge, mais les sacs de couchage et les vêtements embarqués ont fait le job.

Après un copieux petit-déjeuner nous attaquons la descente par le même chemin qu’a l’aller, rien de compliqué, mais une grosse charge de dénivelé négatif pour les jambes, les bâtons sont fortement conseillés sur ces randonnées-là afin de soulager les muscles et articulations. Une pause déjeuner au snack du cirque de Sixt-Fer-à-Cheval et il est temps pour nous de repartir vers nos contrées plus ou moins proches et de laisser la neige recouvrir ce superbe endroit.

blank

Pour ceux qui souhaiteraient faire cette randonnée, à cette période ça peut être très variable et risqué si l’équipement ne suit pas. Un peu plus de neige, une météo un peu plus fraîche et la descente auraient pu être très compliquées. Renseignez-vous bien avant de vous lancer, prévoyez large pour pouvoir faire demi-tour si besoin et équipez-vous !

Randonnée en hiver et nuit au refuge de la Vogealle
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *