Aller au contenu

La sécurité en montagne : 7 règles d’or

Temps de lecture — 3 minutes

En cas d’accident en altitude, les secours peuvent mettre du temps à arriver. D’où l’importance de connaître les règles de sécurité en montagne et les gestes de premiers secours. Ils peuvent faire la différence entre la vie et la mort en attendant l’arrivée des secouristes !

1. Se préparer

Évaluer ses capacités

Il est impératif de connaître ses limites. Si vous débutez, évitez les itinéraires difficiles ou potentiellement dangereux et optez pour des parcours adaptés à votre niveau. N’oubliez pas que la montagne est un environnement hostile et dangereux, il faut rester humble et ne pas se surestimer. De nombreuses interventions des services de secours concernent de personnes mal préparées qui se sont retrouvées dans des situations où elles n’auraient jamais du être !

Se former

Investissez du temps dans des formations spécialisées. Les clubs de montagne et les écoles d’escalade offrent des cours allant des bases aux techniques avancées. Le CAF par exemple propose de nombreuses formations pour apprendre à identifier et anticiper pour assurer sa sécurité en montagne.

2. Consulter la météo

Les conditions météorologiques en montagne sont imprévisibles. Un ciel clair le matin peut céder la place à de gros orages l’après-midi. Toujours consulter les prévisions météorologiques spécifiques à votre destination avant le départ. Des sites et applications dédiés fournissent des mises à jour en temps réel, notamment Météociel.

De plus, apprenez à reconnaître les signes d’un changement imminent du temps, comme une chute rapide de la température, le vent qui se lève ou l’accumulation de nuages bas et sombres.

3. Bien s’équiper

Un bon équipement peut faire la différence entre une randonnée en sécurité en montagne et une situation dangereuse. Optez pour des vêtements adaptés aux conditions. Le système des trois couches (base, isolation et protection) est recommandé pour réguler la température corporelle.

N’oubliez pas les équipements de sécurité :

  • Sifflet : pour signaler votre présence sans épuiser votre voix.
  • Trousse de premiers soins
  • Couverture de survie : légère et capable de retenir la chaleur corporelle.
  • Téléphone portable avec batterie de secours : pour prévenir les secours
  • Couteau suisse : couper, tailler ou faire du petit bois.
  • Carte topographique de la région : même à l’ère du numérique, une carte papier est infaillible et ne nécessite pas de batterie.
  • Boussole : essentielle pour s’orienter avec votre carte IGN.
  • Briquet ou pierre à feu : pour démarrer un feu par tous temps.
  • Système de purification d’eau – Filtre à eau ou pastilles.
  • Lampe frontale ou lampe de poche – Avec des piles de rechange.

4. Savoir utiliser carte IGN et boussole

Dans un monde dominé par la technologie GPS, les compétences de base en matière de navigation sont essentielles pour assurer sa sécurité en montagne. On vous recommande de savoir lire une carte IGN car elle contient des informations cruciales pour assurer sa sécurité en montagne. Apprenez à lire et à comprendre les symboles, les courbes de niveau et les points de repère.

De plus, la capacité à s’orienter avec une boussole peut être votre bouée de sauvetage si la technologie vous fait défaut. Pratiquez régulièrement cette compétence pour vous assurer de toujours savoir dans quelle direction vous vous dirigez.

5. Choisir son itinéraire

  • Ne partez jamais seul sans informer quelqu’un de votre itinéraire et de l’heure prévue de retour.
  • Emportez toujours un téléphone portable chargé et, si possible, une balise de détresse en cas d’urgence.
  • Étudiez l’itinéraire à l’avance. Notez les points de repère et estimez la durée du trajet en tenant compte de la météo et de la difficulté.
  • Restez sur les sentiers balisés. Les sentiers balisés permettent de rester en sécurité en montagne.
  • Si nécessaire, faites demi-tour : le temps change brusquement, si un membre du groupe est fatigué ou si vous avez des doutes sur le chemin à prendre, arrêtez-vous et évaluez la situation. Il est plus sage de faire demi-tour que de continuer et de risquer un danger.
blank

6. Anticiper les risques

  • Mal d’altitude : Le mal d’altitude peut survenir à partir de 2 500 mètres. Les symptômes peuvent inclure des maux de tête, des nausées et des vertiges. Si vous suspectez un mal d’altitude, il est crucial de redescendre à une altitude inférieure.
  • Hypothermie : Si une personne montre des signes de frissons intenses, de confusion ou de léthargie, elle peut souffrir d’hypothermie. Réchauffez-la progressivement avec des couvertures et des vêtements secs
  • Insolation : Reconnaitre et savoir quoi faire en cas d’insolation.
  • Chutes de pierres : Évitez les zones instables, portez un casque et gardez une distance de sécurité avec les autres randonneurs pour minimiser les risques.
  • Avalanches : En hiver, renseignez-vous sur le risque d’avalanche. Apprenez à reconnaître les signes précurseurs et emportez toujours une pelle, une sonde et un détecteur de victimes d’avalanche (DVA).
  • Serpents : Renseignez vous sur que faire en cas de morsure de serpent.

7. Maitriser les gestes de premiers secours

Connaître les bases des premiers secours peut sauver des vies en cas d’accident et assurer sa sécurité en montagne :

  • Sécurisez la zone : vérifiez que le danger est écarté pour tout le monde.
  • Vérifier la conscience : Interpellez la victime. Si elle ne répond pas, vérifiez si elle respire.
  • Réanimation Cardiopulmonaire (RCP) : Si la victime ne respire pas, commencez la RCP. Alternez 30 compressions thoraciques avec 2 insufflations.
  • Position Latérale de Sécurité (PLS) : Si la victime respire mais est inconsciente, mettez-la en PLS pour dégager ses voies respiratoires.
  • Arrêt des hémorragies : Si la victime saigne abondamment, compressez la plaie avec un bandage ou un tissu propre pour stopper le saignement.

Dans tous les cas, contactez les secours immédiatement.

Conseils supplémentaires pour assurer sa sécurité en montagne

  • Faites des exercices physique avant de partir en randonnée. Cela vous aidera à être plus résistant en cas d’efforts prolongés.
  • Restez hydraté et alimenté. Mangez et buvez régulièrement pour éviter la déshydratation et l’épuisement.
  • Écoutez votre corps. Si vous êtes fatigué ou en difficulté, arrêtez-vous et faites une pause.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *